© A Tempe
© A Tempe

Dieudonné Niangouna


Dieudonné Niangouna est né à Brazzaville. Il y fait sa formation artistique aux côtés d'Ulrich N'Toyo, Abdon Fortuné Khoumba kaf et Julien Bissila. Il fonde en 1997 la compagnie Les Bruits de la rue, avant d’être reconnu sur la scène internationale. Mêlant langue classique, populaire et poétique, ses textes sont empreints de la réalité congolaise qu’il a vécue : les ravages causés par la guerre civile et les séquelles de la colonie française. Il est, depuis 2004, le directeur artistique du festival Mantsina sur scène qui se tient chaque mois de décembre à Brazzaville. En 2005, il fait partie des quatre auteurs de théâtre d’Afrique présentés en lecture à la Comédie-Française (Théâtre du Vieux-Colombier) puis est programmé à plusieurs reprises au festival d’Avignon : avec Attitude Clando en 2007, Les Inepties volantes en 2009, Shéda en 2013, édition durant laquelle il est artiste associé de la manifestation. Ces dernières années, il a notamment créé Le Kung Fu aux Laboratoires d’Aubervilliers, au Künstlerhaus Mousonturm à Francfort, au Théâtre Vidy-Lausanne, au Piccolo Teatro de Milan et au Théâtre national de Strasbourg (2014-2015) et Nkenguegi au Théâtre Vidy-Lausanne, puis à la MC93, au Künstlerhaus Mousonturm à Francfort et en tournée (2016-2017). L'édition 2015 du festival Mantsina sur scène, dédiée à Sony Labou Tansi dont ce sont les 20 ans de la mort, abandonne les lieux de théâtre institutionnels de Brazzaville pour se produire dans les rues et les parcelles à la rencontre du public, ce qui sera interprété comme une conséquence de l'engagement de Dieudonné Niangouna. Il précisera cependant avoir eu dès l'origine de cette douzième édition le projet de jouer « hors les murs ». En 2019, il est, pendant une saison, artiste associé au Théâtre des Quartiers d'Ivry. L'Académie française lui décerne, en 2021, le prix du jeune théâtre Béatrix-Dussane–André-Roussin pour l'ensemble de ses ouvrages dramatiques.